www.myspace.com/listentococoon
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal

Aller en bas 
AuteurMessage
Nath Cmoi
Panda Géant
Panda Géant
avatar

Messages : 380
Date d'inscription : 21/04/2008
Localisation : Amiens

MessageSujet: [BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal   Lun 1 Déc - 13:51

Concert à l'Atabal de Biarritz (37, Allée du Moura)
le 10 Janvier 2009


Prix:23 Euros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mestrots
LuLu Pique
Roadie Admin
avatar

Messages : 1696
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 33
Localisation : Paris XV

MessageSujet: Re: [BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal   Dim 11 Jan - 4:17

On a aimé ! A force je connais les paroles par coeur !!! Bref, it's nice !

ET LA NOUVELLE CHANSON "84" ELLE DÉCHIRE L'ANUS !!!

_________________
You change your mind so many times that you should be mine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youmusthaveaniceday.blogspot.com/
LuLu Pique
Roadie Admin
avatar

Messages : 1696
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 33
Localisation : Paris XV

MessageSujet: Re: [BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal   Mar 13 Jan - 18:04

Mark et Morgane ont adoptés deux enfants : Oliver et Raphaël, leurs deux nouveaux musiciens. Ils reviennent après des fêtes arrosées de surf, de bague moche, de tiercé gagnant d’Omar Sharif… Une malade, un marrant, un surfeur, un mignon, un tiercé perdant, voilà qui promet ! Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs … Cocoon à l’Atabal.

Une escapade basque pour démarrer 2009 en beauté… Voilà ce qui manquait à mon tableau de résolutions. Un peu d’embrun marins à Saint Jean de Luz, une petite marche digestive après une razzia de macarons Adam, un petit TER de plus et nous voilà à Biarritz-la-négresse. Trop de monde aux environs de la salle, louche, je pensais qu’avec ce froid les gens ne se motiveraient pas mais je m’étais trompée. Avec une amie nous franchissons les portes et faisons bien sagement la queue pour entrer dans la salle (que de portes). Un rapide coup d’œil nous permet de constater que le public, même s’il est hétéroclite, reste largement composé de jeunes filles très apprêtées pour l’occasion. Quelques longues minutes plus tard, nous entrons et nous mettons plutôt au centre, légèrement excentrées à droite (côté Brian Molko, ou côté Mark Daumail). Malheureusement un troupeau de groupies en rut s’installe derrière nous. Leur envie d’être au premier rang fait qu’elles trépignent et finissent par tenter en vain de doubler tout le monde. Elles s’en vont, d’autres arrivent, elles ne bougeront pas mais seront bruyantes. On patiente encore, arrivées vers 19h45, il doit être maintenant 21h et rien n’a commencé… C’est au moment où l’on se met à écouter M.I.A. en dansant telles deux indiennes exilées d’un temple bouddhiste que …

Les lumières s’éteignent, j’ai la gorge qui se noue de peur de voir Little. J’apprendrai par la suite, et au péril de mon ouïe, que ce groupe est fort plus nuisible que la petite chose et ses violons. Rien ne va, même si l’orchestration de Cookie Duet (nom de ce merveilleux groupe que je ne vous invite pas à découvrir) rappelle du Blonde Redhead mêlé à du Depeche Mode par moment. C’est inaudible, la guitare électrique couvre tout … Sauf la voix d’une des trois qui a du mal à chanter juste, c’est atroce, ça râpe les oreilles. On dirait le bal des débutantes, un joli petit trio chétif qui a été mis là parce que c’était un créneau que personne d’autre ne voulait. Personne ne semble submergé d’aucune émotion. Leurs intermèdes entre les chansons auraient pu rattraper la catastrophe de leur « « musique » »… Même pas, elles étaient fades, à l’image de leur voix, de leurs mélodies. Un groupe que je m’empresse d’oublier dès la dernière note, paix à nos pauvres tympans.

Aux environs de 22 heures, devant une salle pleine à craquer, je sens que le groupe ne va plus tarder, encore ce petit moment de nœud au ventre lié à une attente des fois un peu longue et surtout au fait de partager ce moment avec quelqu’un qui n’a pas le même univers musical. Toutes mes interrogations et craintes s’envolent lorsqu’Oliver rentre sur scène avec son petit ukulélé (non je ne donne pas dans le pléonasme). C’est le début de Hummingbird, ce morceau n’est pas mon préféré puisque trop personnel mais il donne tout de suite l’impression générale : le public suit ou non. D’ailleurs j’ai été étonné par le manque de décibel lors de l’arrivée de chacun et plus particulièrement du généralement très attendu Mark. Bon je me dis justement que cette fois-ci la groupie n’est pas en majorité et qu’on va passer un concert un peu calme. Si je m’attendais à ça : trop de calme. Maintenant je vais parler des titres pêle-mêle parce je n’ai vraiment aucune mémoire. Sushi et Baby Seal, même si elles ne se sont pas enchaînées, toujours aussi simple et efficaces, des paroles très mises en valeurs par les deux voix, une orchestration à 4 qui fonctionne très bien. Les animaux marins semblent leur porter bonheur en cette nouvelle année. The Best I Can est vraiment une révélation : les paroles sont trop abstraites mais je trouve que la rythmique déchire tout, et je pense que la formule quatuor la rend « terrific ». Pour donner dans les chansons tristes, tant dans le rythme (calme) que dans les paroles Paper Boat, véritable fouillis : le public ne fait pas le dinosaure de façon trop nulle mais il ne nous ai pas donner d’écouter (et je trouve cela bouleversant) le dinosaure du piano de Morgane. De fait les deux compères se déconcentrent et sourient de leur oubli, enfin celui de Mark qui a continué de chanter alors que normalement il y a un silence puis le GROOOAAAR. … L’instant chevreuil je crois c’est Microwave qui est très rapidement passée face à un public d’endormis. Seesaw fait sourire Mark qui semble déconcentré et fatigué. Cliffhanger est meublée par Morgane qui attend que Mark s’accorde et une fois qu’il eut finit il veut refaire le speech de Morgane (ou pas), la chanson est bien comme d’habitude, rien de neuf mais bien. Tell Me est insipide, face à un tel public on ne ressent rien pas de connexion, pour une chanson arrachante, c’était vide d’échanges et d’émotions, peut être la fatigue des uns et la non attention des autres. Take Off, toujours pas d’engouements mais la chanson passe très bien. Côté relevé : Christmas Song est rapide et efficace, public réactif, surtout une abrutie qui parle tout le temps de sa cuisine dont tout le monde se fout. I Dont Give A Shit toujours aussi débile version Hélène et les garçons mais remuante et une petite onde fait bouger (un peu) le public. Vultures cool parce que la batterie n’était pas trop en avant. On My Way rime avec le réveil du public, enfin de l’échange même si cette chanson commence a rimer avec saturation. Chupee, là aussi un peu de remue ménage avec des gens qui dansent et chantent, toujours aussi radicale. Owls : NICKEL rien a redire et y a même pas eu d’accros sur les paroles, la formule à 4 est parfaite. Les reprises sont toujours aussi plébiscitées et les déhanchements de Mark n’ont pas soulevés les foules (trop bizarre).

84 (prononcé en anglais) : nouvelle chanson assez sympa, de ce que j’ai compris c’est pour revenir en arrière voir si les mêmes erreurs seraient faites des années plutôt, ça raconte.

Sinon Morgane était malade comme un chien avec ses glaires et ses mouchoirs. Mark qui semble agacé par dame cuisine qui gueule sa vie entre chaque chanson. Sinon, les « a poil » de mark comme d’habitude, blagues toutes pourries « Batard, lâche moi ton 06 ». Oliver et son speech sur le fait que les requins sont chiants parce qu’ils bouffent des surfeurs (variante de l’habituel).

Impression générale :
Un public peut gâcher un concert. D’habitude très réceptif, celui-ci dormait debout, pas de vraie symbiose. Les chansons et mêmes les blagues sont passées à vitesse grand V. Les musiciens semblaient eux-mêmes très fatigués. Un concert somme toute passable, non pas que le groupe soit de moins en moins bon. Cette fois-ci, c’est vraiment un public peu répondant qui aura eu raison de mon engouement. Ce groupe a un vrai univers mais il n’a pas été révélé par ce concert passé à la va vite. Reste que j’ai partagé un excellent moment en leur compagnie (et celle de ma super copine Aude) et que leurs mélodies, leurs voix et leurs intermèdes sont toujours touchants. A noter que la nouvelle chanson, même si je ne peux m’en souvenir, reste très digne de Cocoon et de ses influences. Elle passe donc très bien et peut être encore mieux devant un public comme celui qui les attend à l’Olympia.

_________________
You change your mind so many times that you should be mine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://youmusthaveaniceday.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BIARRITZ] 10.01.09 à l'Atabal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ACCEPT à Biarritz – L’Atabal 19 janvier 2011
» Mon premier voyage à Biarritz le vendredi 26 mai 2006
» Johnny au Parc du Jardin Public à Biarritz vers 1960
» Bruce à Biarritz!!
» Johnny a Biarritz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de Cocoon :: On Cocoon Way. :: Mark et Morgane en Live. :: Archives Panda Tour 2007-2009-
Sauter vers: