www.myspace.com/listentococoon
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seabear : The Ghost That Carried Us Away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Seabear : The Ghost That Carried Us Away   Sam 26 Juil - 15:47

Voila un groupe Folk que j'ai découvert il y a peu de temps, ils ont sortis un album très séduisant il y a un an "The Gost That Carried Us Away".


Le chanteur de ce groupe, Sindri Már Sigfússon, est un ex étudiants d'art et de musique Islandai.
Leur influence son principalement Dylan , Drake et Waits. Accompagné par un violon, un harmonica, du piano ou de la guitare, ce groupe frais et léger nous fait découvrir de simples ballades à écouter en boucle.

Leur myspace : http://www.myspace.com/seabear

Vidéo : I Sing I Swim



Pour acheter l'album : http://musique.fnac.com/a2197730/Seabear-Ghost-that-carried-us-away-CD-album?Mn=-1&Ra=-28&To=0&Nu=1&Fr=0


Valou.
Revenir en haut Aller en bas
LiliChupee
Panda Géant
Panda Géant
avatar

Messages : 962
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Seabear : The Ghost That Carried Us Away   Sam 26 Juil - 16:18

Je les ai vu en première partie de Mùm au Trabendo en décembre dernier. Ça ne ressemblait pas à de la folk pour moi... Mais mon souvenir doit être confus.

Review de cette soirée merveilleuse :

Citation :
Arrivée à 19h devant le Trabendo et déjà beaucoup de monde dans la queue... Il pleut pas mal, mais on attend patiemment que les portes s'ouvrent. 19H30, c'est normalement l'heure du début du concert, mais le Trabendo reste fermé encore cinq petites minutes. Enfin à l'intérieur, (le fan des Blonde Redhead au sourire débile, vous vous souvenez, qui était au concert d'Interpol, est là) je me place juste devant, un peu en hauteur, la place parfaite.

Bon... Je n'y arrive pas... A partir de là, je bloque... ça fait pas mal de temps que je réfléchis mais j'hésite à vous faire une review... Pour plusieurs raisons : la première, je ne sais pas si je réussirais à faire passer un millième de ce que j'ai pu ressentir ce soir-là. En rentrant je n'arrivais pas à écrire ma review... Je me suis dit qu'après quelques jours ça passerait mais non. La deuxième, comment vous faire comprendre que vous avez raté un moment exceptionnellement rare ? Je ne sais pas. Les mots se bousculent dans ma tête, ils se chamaillent pour savoir lequel d'entre eux va pouvoir le mieux décrire ce que j'ai vécu.

Ce soir-là, il s'est passé quelque chose. Le Trabendo était différent... Il s'est passé quelque chose sur scène, quelque chose dans le public et... Une révolution en moi. Quelque chose qui ne se décrit pas. Quelque chose de fort, d'unique. J'avais cru ne plus pouvoir jamais ressentir ce genre d'émotion. Mon coeur, mon corps, ont subi quelque chose d'étrange, de divin.

Seabear et Mùm.

La première partie est en fait un groupe dont certains membres font également partie de MUM, qui s'appelle ainsi probablement car visuellement le nom ressemble à deux éléphants dont les trompes se rejoignent (déjà poétique...). Le chanteur de Seabear est captivant, leur musique parfaitement envoûtante. Pour les deux groupes : impression de voir des génies travailler sur scène. Ils font une chose incroyable : avec n'importe quel instrument (de la guitare à la flûte en passant par le violoncelle, la basse, le xylophone, le violon, la batterie, les maracas, l'harmonica, le clavier ou encore les trucs qui font un bruit de canard pour les anniversaires...) ils réussissent à donner des frissons, des sensations inconnues jusqu'alors. Leur voix à tous, est d'une pureté sans égal : la pureté à l'état pur, on douterait presque de l'aspect terrien de la chose. D'autant plus que l'une des chanteuse (qui par ailleurs vendait les disques au début du concert !) est apparemment malade. Une autre chanteuse, la violoncelliste (entre autre), est le sosie de Clémence Poesy.

Je ne sais pas si je dois continuer... Déjà là, je trouve que c'est mauvais comparé à la chose (je ne sais pas comment l'appeler autrement) qui s'est déroulée devant moi ce soir-là.

Les chansons s'enchaînent, le set est vraiment bien mené, c'est très prenant, on est complètement ailleurs. Ils viennent vraiment d'une autre planète, ce n'est pas possible autrement. Mes oreilles jouissent de bonheur, mes yeux ne savent plus où regarder tellement il est impensable de pouvoir voir ce qui s'entend ici. C'est un son sibyllin, comme s'ils étaient venus nous dire : la magie enfantine existe encore, l'espoir d'un monde parfait est possible ; le bonheur à son paroxysme est là. Privilégiée je suis, et je le sais. J'en profite plus que pleinement. Mes lèvres sourient toutes seules. Ils font quelques blagues, nous demandent de reprendre une harmonie et c'est plutôt joli, finissent une chanson par un bout de I Was Made For Lovin' You de Kiss à la flûte !!!, se disent des secrets dans l'oreille, vont et viennent sur scène : à 7 ou à 15, ils sont parfaits, des génies islandais qui ne font pas de la musique mais qui respirent la musique, cela paraît naturel chez eux. Et en plus de ça, ils fabriquent des émotions. Je suis plus que bluffée et me dis que je ne comprends vraiment pas comment quelque chose d'aussi beau peut passer inaperçu aussi longtemps. Ils sont heureux de jouer pour nous et nous le disent, on est vraiment "beautiful" ! Ils s'amusent réellement et prennent du plaisir comme des enfants dans une cour d'école : innocents, joyeux, insouciants, féeriques. Et le public, en osmose, parfait lui aussi, les remercie humblement, admirativement et respectueusement. Ils jouent un rappel de deux chansons magnifiques. C'est une soirée merveilleuse, calme, reposante, planante, joyeuse, couronnée d'une ambiance mélancolique... 2h30 d'un bonheur enchanteur indescriptible. J'ai encore cette boule dans le ventre qui ne veut plus se déloger. En sortant du concert, je ne sais plus rien, je fais machinalement le trajet du retour sans bien comprendre ce qu'il vient de se passer. Je n'écoute même pas de musique, je suis littéralement déconnectée du monde, comblée.

En bref : Intime et grandiose à la fois Et tout ça est encore bien peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Seabear : The Ghost That Carried Us Away   Sam 26 Juil - 16:28

C'est du FOLK !!! :mrgreen:
Non je rigole c'est un genre indéfinissable, enfin si doit bien y avoir un nom mais j'ai pas trop cherché.
Enfait je savais pas trop comment les définir donc j'ai mis folk, dans une critique sur eux ils parlent de Pop baladeuse et dans une autre de Pop de chambre scratch .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seabear : The Ghost That Carried Us Away   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seabear : The Ghost That Carried Us Away
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ghost Highway
» Battle Ghost in the Shell : Les sons
» [basculée] CENTURIONS GHOST - The Great Work
» GHOST HIGHWAY
» The Visitor Vs. Pepper's Ghost

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non officiel de Cocoon :: My Friends All Died In A Plane Crash. :: Musique.-
Sauter vers: